SALAISAGE DANS LES MARAIS

Dès le début de la matinée, on a vu arriver les invités par petits groupes. Ils marchaient tous en file indienne, chacun cheminant dans les traces du précédent. La très longue perche qu'ils portaient, pour la plupart sur l'épaule, les faisait ressembler à des jouteurs entrant en lice pour un tournoi moyenageux. Mais le seau qu'ils avaient à la main ne cadrait pas tout à fait avec des images de preux chevaliers.
Il s'agissait, en réalité, de salaiseurs, c'est à dire de pêcheurs d'anguilles. Et la grande perche, équipée d'une sorte de fourchette à son extrémité, était un salais, un engin terrible, redouté par toutes les anguilles de l'arrondissement, voire de la région.
( cliquez sur l'image pour voir les outils du salaiseur )


Il n'est pas de bon salaisage qui ne commence par un solide casse-croûte. Nos pêcheurs n'ont pas voulu faillir à la tradition et se sont donc attaqués sérieusement aux charcuteries et autres petits vins du coin ( blancs et rouges ) apportés par chacun pour être partagés entre amis salaiseurs. On mange et on boit en racontant les pêches et les chasses passées. On remarque les hirondelles, revenues depuis quelques jours faire le printemps, qui voltigent et trissent au dessus du marais. On se risque à des pronostics sur la pêche d'aujourd'hui qui sera forcément bonne.

Les pêcheurs se sont maintenant mis en place, allignés sur les bossettes de chaque côté de la corde. Vous remarquerez, au passage qu'il n'y a pratiquement plus d'eau dans ces petits canaux. En effet on profite des mortes eaux de la fin de l'hiver ( en février et mars ) pour vider les parties de marais dans lesquels on veut salaiser.
Chacun a son salais bien en main et enfourche l'eau de la corde profondément, espérant harponer une anguille cachée au fond de la vase. On pique tout à fait au hasard, mais systématiquement partout.
( cliquez pour voir les traces, très proches les unes des autres, laissées dans la boue par les salais )
cliquez pour agrandir la bête

Vous avez remarqué, sur l'image précédente, que le pêcheur du premier plan a relevé son salais. Il a attrapé une anguille. Il faut maintenant la décrocher et la mettre dans le seau où elle ira rejoindre ses congénaires sorties de l'eau précédemment. Alors, là, je ne vous raconte pas. C'est dans le même genre qu'à la pêche à la ligne, pour décrocher l'hameçon, mais en plus difficile et plus horrible. Il vous suffit de regarder attentivement la forme des pointes du salais pour imaginer la chose. Je puis vous assurer que je ne voudrais pas être une anguille.
Mais il paraît que les gourmets apprécient. Alors ...

Les photos de cette page ont été prises le 27 mars 2004
rolandgillesjard@wanadoo.fr
balade précédente choisir une balade